AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  



 

Partagez|

every time i close my eyes, it's like a dark paradise ◮ elsa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
ADMINcroyez ce qui vous aide à mieux dormir la nuit !

☼ À qui tu dois tout ça : moi-même
☼ Sourires postés : 65
☼ Début du séjour : 16/03/2012


☼ NOTEBOOK
▫ jukebox:
▫ tes amours, tes amis, tes emmerdes:
▫ tes envies:
MessageSujet: every time i close my eyes, it's like a dark paradise ◮ elsa Ven 16 Mar - 20:01

Citation :

ELSA BILLIE AURORE RHODES-HARRISON
« le soleil s’est levé et la réalité s’est installée. »
NOM(S) ◐ rhodes-harrison PRÉNOM(S) ◐ elsa billie aurore ANNEE ET LIEU DE NAISSANCE ◐ vingt-neuf février 1990 AGE ◐ vingt-deux ans STATUT SOCIAL (célibataire, divorcé...) ◐ mariée il y a encore très peu de temps, veuve à présent MÉTIER/ÉTUDE ◐ étudiante en archéologie et paléonthologie CARACTÈRE ◐ hautaine - froide - chiante - renfermée - franche - sarcastique - meurtrie - généreuse - drôle parfois - ambitieuse - douce - sensible - élégante - ne se laisse pas marcher sur les pieds - GROUPE ◐ it's our earth AVATAR ◐ dianna agron

Dans cette partie, vous devrez mettre en évidence les habitudes et les petites différences de ton personnage. En gros, ce qui fait de lui une personne unique.

le deuxième prénom d'elsa est un clin d'oeil à la chanson de mickael jackson, billie jean, idole de son père, cependant, sa mère n'a accepté que billie et non jean, ayant d'après elle le droit de choisir le troisième prénom *dans une vieille tradition de la famille rhodes, le premier prénom est un accord commun, le second celui du choix du paternel et le dernier celui de la mère, toujours trois, pas un de plus, pas un de moins * elle n'est pas facile à vivre * elle ne laisse jamais transparaître ses sentiments * elle ne se sent plus capable d'aimer * son mariage a duré moins d'une heure * depuis le décès d'emrys, plus rien ne compte * avant, la demoiselle était complètement différente, joviale, toujours souriante, d'une gentillesse incomparable, tout le monde l'appréciait, elle apportait de la chaleur partout où elle se rendait * c'est donc après ce tragique accident de voiture que sa vie changea * elle a une sorte d'addiction aux somnifères ainsi qu'aux anti-dépresseurs * le soir du mariage, elle était enceinte de deux mois * elle perdit l'enfant en même temps que son âme soeur * elle a longtemps voulu passer de l'autre côté * sa raison a toujours pris le dessus * il ne se passe pas une journée où elle ne pense pas à l'être aimé *à la découverte de l'autre Terre, elle a ressenti de la peur, puis de la haine et enfin de l'espoir * la haine, puisque son double était là-bas, et qu'il était probable qu'elle ait une vie meilleure qu'elle * l'espoir, et s'il lui arrivait de rencontrer la copie parfaite d'Emrys ? * chaque jour, elle essaye de l'oublier, mais elle craque toujours * elle porte toujours son alliance * dans son lit, elle dort exclusivement du côté droit *même si c'est une garce incarnée, elle aime s'engager dans les oeuvres humanitaires *qu'allait-elle faire de toute sa fortune ? c'était un moyen pour elle de garder un équilibre *elle s'investit encore plus dans ses études, travailler lui permet de s'évader *elle n'aime pas sortir, elle préfère être chez elle avec une bonne coupe de champagne français *un jour, elle aimerait écrire un roman, sa deuxième passion après ses études *elle ne fait le ménage que les jours pairs *née le vingt-neuf février, elle n'échappe pas aux vannes des amis, mais celle-ci les envoie se promener très poliment *elle ne supporte pas la bière, si elle en boit, c'est qu'elle est vraiment mal *petite, elle a pratiqué la gymnastique rythmique et au bout de quatre années elle s'est redirigée vers le tennis et l'équitation *elle n'arrive pas à dire non à un enfant, d'après elle, ce sont les seuls êtres sur cette Terre qui en valent la peine

ALORS, AVOIR UN DOUBLE, ÇA FAIT QUOI ?Un choc. Je n'avais jamais pensé qu'une chose pareil pouvait exister. C'est tellement gros, on croirait un film hollywoodien. Petite, comme toutes les fillettes à mon avis, je rêvais d'avoir une soeur jumelle avec qui j'aurais pu faire plein de bêtises, mais si on me disait qu'une dizaine d'années plus tard j'en trouverai une, je n'y aurais pas cru. Pourtant, c'est aussi un nouvel espoir.
COMME ÇA IL EXISTE UNE PLANÈTE TERRE 1 ?C'est le scoop de l'année en effet. Mais bon, à ce que j'ai entendu dire, tout est exactement pareil qu'ici, alors je ne vois pas l'intérêt d'aller visiter Terre 1. Après, pourquoi pas, ma curiosité est assez importante. Comme je suis étudiante en archéologie et paléontologie, il reste peut-être des choses intéressantes à découvrir là-bas que nous n'avons pas forcément ici. C'est une question qui me trotte dans l'esprit. Et puis, c'est assez frustrant je trouve, on est chez soi sans vraiment l'être. C'est assez spécial comme situation. Enfin, comme toute cette histoire !
ET TOUT CES VOYAGEURS QUI DÉBARQUENT, ÇA NE TE FAIT NI CHAUD NI FROID ?Difficile comme question. Je dirais les deux. J'aurais sûrement plus de plaisir à retrouver certaines personnes que d'autres. Et à mon avis c'est pareil pour tout le monde. Même si j'ai encore beaucoup de mal à intégrer le fait qu'une autre moi existe. Je me demande comme est sa vie, si elle ressemble à la mienne. Si nous avons des ressemblances sur le plan caractériel. Et surtout, si elle a vécu les mêmes drames que moi. D'un côté, j'ai envie de la rencontrer, mais de l'autre, une petite voix me dit que tout cela ne présage rien de bon.
ET LA COHABITATION AVEC LES AUTRES, ÇA DONNE QUOI ?Tout se passait bien jusqu'au jour où le double d'Emrys, mon défunt mari, fit son apparition. Avant, je ne cherchais pas forcément à discuter avec les arrivants, enfin même avec ceux de la ville. Disons que je suis comme ça depuis quelques temps maintenant. C'est difficile de revoir l'amour de ma vie débarquer et de me rendre compte finalement qu'il est complètement différent. Qu'il ne me connaît même pas. J'ai l'impression de voir son fantôme Je peux lui parler, sans pour autant ressentir sa chaleur. C'est assez glauque. Déprimant. C'est vraiment déprimant...
MAIS AU FINAL, ON A TOUS QUELQUE CHOSE QU'ON AIMERAIT CHANGER ; ET POUR TOI, C'EST QUOI ?Sans aucune hésitation, la mort d'Emrys. Je n'en sais rien, on aurait peut-être dû emprunter une autre route ce soir-là. C'était mon moteur, celui qui me faisait apprécier la vie, bien que je l'appréciais avant, c'est sûr. Tout changea quand il entra dans ma vie. Ce genre d'histoire, on ne peut la vivre qu'une seule fois. J'aimerais tellement que ce double soit lui. Mais il ne l'est pas. J'aurais tout fait pour le retrouver, et finalement, c'est peut-être une manière de nous réunir à nouveau ? C'est loin d'être facile. Il va me falloir du temps avant de digérer tout ce changement.


it's you, it's you, it's all for you:
 


Dernière édition par Elsa Rhodes-Harrison le Lun 19 Mar - 15:15, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMINcroyez ce qui vous aide à mieux dormir la nuit !

☼ À qui tu dois tout ça : moi-même
☼ Sourires postés : 65
☼ Début du séjour : 16/03/2012


☼ NOTEBOOK
▫ jukebox:
▫ tes amours, tes amis, tes emmerdes:
▫ tes envies:
MessageSujet: Re: every time i close my eyes, it's like a dark paradise ◮ elsa Ven 16 Mar - 20:02

Voici venu le temps des rires et des chants de la partie la plus importante de la fiche A savoir l'histoire de votre personnage. Un minimum de trente lignes vous est demandé. I love you


Spoiler:
 



Paradise by Coldplay
→ AND SHE DREAMED OF PARADISE


Rhodes, un nom connu de tous les habitants de Kirkwall. Non seulement parce qu'elle est ici depuis plusieurs générations maintenant, six plus précisément, mais aussi parce qu'elle a toujours été influente ici. Aujourd'hui, notre famille y possède un patrimoine important et je compte bien faire honneur à mes parents en enrichissant encore plus notre nom. « Elsa Billie Aurore Rhodes, tu vas faire des merveilles. » Je n'étais de ce monde que depuis quelques heures maintenant et ma mère toute émue me tenait tendrement dans ses bras. Je constituais déjà à ce moment l'espoir de toute une longue lignée qui n'attendait qu'à perpétuer la tradition familiale. Certains auraient pu prendre cela comme un énorme privilège, naître dans la famille la plus importante de la ville, mais finalement ce n'était pas qu'un cadeau. De lourdes charges étaient sur mes épaules et j'allais devoir vivre avec. A ma naissance, ma mère abandonna sa carrière d'avocate pour de longues années afin de profiter pleinement de son enfant. Désormais bien entourée, celle-ci ne s'ennuyait plus dans cette immense demeure quand mon père partait à Londres. Il réussit au fil des années à se faire un nom dans la capitale et devint alors de moins en présent. Malgré cela, toute mon enfance fut magique. Je vivais telles les princesses dans les contes de fées et ne manquait absolument de rien. Par contre, je ne voyais que très peu mon père mais cela était depuis toujours. Je m'y étais habituée, c'était une situation normale pour moi. Le retrouver chaque fin de semaines était tout de même un bonheur incroyable, il n'y avait aucun doute là-dessus. Alors qu'il insistait pour m'envoyer dans une école privée de prestige à Londres dès mon plus jeune âge, ma mère réussit à le convaincre de me laisser à Kirkwall. Pour elle, il était primordial que je grandisse avec les enfants de la ville qui font eux aussi parti de l'histoire. En m'envoyant ailleurs, il y aurait eu une sorte de distance avec mes origines qu'elle ne souhait absolument pas. Ma scolarité se passa plutôt bien, bonne élève et attentive en cours, j'adorais y aller pour m'instruire. Pour ce qui était des autres enfants, j'étais plutôt bien entourée. Tout le monde s'entendait bien, ou presque, et il n'y avait aucune distinctions entre les enfants, ce qui nous ramenait tous à un pied d'égalité. Et cette idée ne me déplaisait absolument pas. Sociable et très dynamique, on m'appréciait pour ma joie de vivre. Ce fut aussi à cette époque que je rencontrais Scarlett, ma meilleure amie. Ensemble, nous faisions tout et n'importe quoi. Plus du n'importe quoi même. Très vite, elle devint un pilier important pour moi. Toujours présentes l'une pour l'autre, nous étions la représentation de l'amitié parfaite.

Les années passèrent et j'étais toujours attachée à ma ville natale. Pourtant, à l'adolescence, il m'a fallu faire un choix difficile. Ayant la grande ambition de devenir archéologue et paléontologue, j'avais besoin d'un très bon lycée pour atteindre mon objectif. Dès lors, mon père en profita pour renouveler sa proposition datant de plus d'une dizaine d'années à présent. A la rentrée prochaine, je ferais donc ma première année de lycée en plein cœur de Londres. Ayant des résultats plus que satisfaisants, je n'eus aucune difficultés à intégrer l'établissement que mon paternel visait pour moi. Très excitée à l'idée de passer mes prochaines années dans cette belle ville, je ressentais tout de même de la tristesse. Un petit pincement au cœur puisque je quittais ma ville, là où j'avais toujours vécu. J'y avais me repères ainsi que tous mes amis. Mais j'étais persuadée qu'entre Scarlett et moi, rien ne changerait. On reconnaissant ses véritables amis dans des situations comme celles-ci. Qui dit lycée, dit premiers amours. Et je n'échappais pas du tout à la règle. Cela faisait déjà un an et demi que j'arpentais les couloirs de l'immense bâtisse. En plein mois de décembre, un nouvel élève fit son arrivée. Un jeune homme qui ne me laissa pas indifférente. J'appris dans l'heure qu'il était en dernière année. Notre rencontre se fit totalement par hasard. Probablement l'événement le plus marquant de ma vie mais à ce moment là, je ne le savais pas. Il venait d'intégrer l'équipe de football du lycée et je me contentais d'aller le regarder lors des matchs avec la plupart de mes amies. Celles-ci appartenaient à l'équipe de cheerleading et m'avaient même incitée à l'intégrer pour être plus près du jeune homme. Même si je faisais tout mon possible pour cacher mon attirance, elles remarquèrent très vite qu'une sorte de connexion s'était créée entre nous. Elle n'avait pas tord. Je n'arrivais pas à me détacher de ses yeux. Les secondes me paraissaient des heures. Tout est tellement beau lorsqu'on est amoureuse. Car oui, je l'étais. Je ne le connaissais pas encore, mais je l'aimais sincèrement. Plutôt étrange, mais bien réel.

Chaque fin d'année, une très grande soirée était organisée en l'honneur des élèves sur la route de l'Université. Tout l'établissement y était convié. L'année dernière, j'y étais allée avec un ami. Nous nous entendions plutôt bien, mais ce n'était que de l'amitié. Il était seul et je l'étais aussi. Au moins, nous étions sûrs de nous amuser. Cette année, quelque chose de plus extraordinaire, plus grand se passa. Cette année, il m'invita à y aller en sa compagnie. Il s'appelait Emrys et il venait d'inviter la fille du lycée à qui personne n'avait réussi à percer le cœur. En effet, je n'étais pas le genre de personne qui enchaînait les relations amoureuses. Je me mettrais en couple seulement le jour où je deviendrais folle amoureuse. Cette unique soirée réussit à me bouleverser au plus haut point. Des sentiments nouveaux firent leur apparition et d'autres s'amplifièrent. Ma joie était inconditionnelle et je ne voulais qu'une chose : hurler à plein poumons. Il a du me prendre pour une folle ce soir là tellement j'étais surexcitée. L'amour, voilà ce que c'était. Je ne pensais pas un jour éprouver de telle chose, mais la vie nous réserve bien des surprises. Dans ce cas, il était probablement mon plus beau cadeau. Vingt-deux heures. La soirée était déjà bien entamée et tout le monde avait l'air de s'amuser. Sans que je m'y attende, Emrys attrapait mon bras et me dirigeait vers un endroit moins fréquenté. Contre le mur, il passa un bras autour de mon cou et s'arrêta quelques secondes pour regarder autour de lui. Sa main gauche vint caresser mes cheveux d'une douceur incroyable. Le temps autour de moi se figea. Les secondes me parurent des heures et cette situation ne me dérangeait guère. Quoiqu'un peu gênée de me retrouver seule avec lui, le contact de ses lèvres avec les miennes balaya absolument toutes mes craintes. Il réussit à me transmettre une chaleur réconfortante, un élan d'amour que je ne pouvais qu'apprécier. Bien évidemment, j'espérais pouvoir lui plaire, et qu'un jour, cela arrive. Tout se passa beaucoup plus vite que je ne le pensais. Et tant mieux. Le temps file, le temps n'attend pas.




Marry You by Bruno Mars
→ AND WE'LL GO IF YOU'RE READY, LIKE I'M READY

A peine rentrée chez mon père, il a fallu que j'appelle une amie pour tout lui raconter. Alors que j'avançais dans mon récit, celle-ci me coupa nettement. « Elsa, je n'ai pas envie de te briser, mais ce n'est pas du tout significatif. Ce n'était qu'une soirée et il est fort probable qu'il n'a fait ça que pour s'amuser. Tu vois, ça arrive très souvent... » Ses paroles me blessaient vraiment. Je n'avais pas l'habitude de m'énerver aussi vite, mais je ne savais pas comment réagir autrement. « Je t'arrête. Il n'est pas comme ça. Il est différent des autres. Tu verras. Maintenant j'ai à faire, je vais réviser mes sciences tiens. Sur ce, bonne nuit. » Après m'être jetée sur mon lit, je poussais un long soupir. Elle n'avait pas tort après tout. Nous ne sommes pas dans un conte de fées et les histoires d'amour à l'eau de rose sont plutôt rares. Alors je ne vois pas pourquoi il y aurait une exception dans notre cas. Cette réflexion me trotta dans l'esprit jusqu'à ce que je m'endorme. Il ne fallait pas que je me fasse des idées au risque d'être déçue. Le lycée nous accorda une journée de repos avant de reprendre les cours, histoire de récupérer. Toute cette journée, je n'eus aucunes nouvelles de sa part. Plus les heures passaient et plus je me remettais en question. Beaucoup trop fière pour lui envoyer un message la première, j'ai préféré attendre... attendre après un message qui ne m'arriva jamais. Le lendemain matin, après avoir finalement perdu tout espoir, j'eus l'immense surprise de le retrouver face au portail, attendant sagement mon arrivée. Un sourire se dessina sur mes lèvres, essayant tout de même de ne pas trop montrer mon enthousiasme. « Comment as-tu su où j'habitais ? » A cette question suivit un rire de mon interlocuteur. « Probablement parce que mardi soir je t'ai raccompagné... » UNDERCOOOO


Black Tables by Other Lives
→ AND YOU'RE TURNING BLACK TABLES


blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla

Without You by Lana Del Rey
→ ALL MY DREAMS AND ALL THE LIGHTS MEAN NOTHING WITHOUT YOU

Jusque là, ma vie avait été une succession d'événements ajoutés bout à bout: « et ... » puis de nouveau « et... », encore et toujours. Seulement à ce jour, il n'y a plus rien. Plus rien qui pourrait me donner la force de continuer. La force de lutter. Tout cela n'avait plus de sens.

blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla

« Chaque fois que je ferme les yeux, c'est comme un sombre paradis, » sombre car tu n'en fais plus parti. Tu n'en feras plus jamais parti.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

every time i close my eyes, it's like a dark paradise ◮ elsa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Citations
» angel eyes pour une 106 phase 1!!!!!!
» Angel Eyes Fond Noir pour 206
» angels eyes noir et feux ar noir pour 206
» [ProA arbitrage] Le « precision time system » arrive

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ANOTHER EARTH ◐ :: WELCOME TO THE OTHER EARTH :: Vos papiers, s'il vous plaît :: welcome to the other earth-